Illustration d'une graphique trafic

Qu’est-ce qu’une une stratégie digitale ?

Une stratégie digitale n’est rien de plus qu’un processus planifié d’actions marketing visant à atteindre des objectifs précis, grâce aux divers canaux et outils qu’offrent les nouvelles technologies numériques.

A quoi sert-elle ?

A atteindre certains objectifs comme : augmenter sa visibilité et sa notoriété, capter de nouveaux marchés, fidéliser sa clientèle, développer son chiffre d’affaires…

Notre temps passé sur la toile a été exponentiel toutes ces dernières années et explosif dans le contexte de ces derniers mois.

Quand on sait que 81% des consommateurs commencent à chercher en ligne avant de faire un achat important, difficile de se passer d’une présence sur Internet. Ce que nous disent les chiffres de ces dernières années, c’est que l’usager a une maturité numérique et des pratiques plus avancées que les entreprises, qui ne comblent pas encore toutes les attentes digitales de leur clientèle. Qu’on le veuille où non, en B to C ou en B to B, il est devenu inévitable d’être visible sur Internet et selon une étude* de 2019, 92% des décideurs d’entreprise en sont conscients.

Une fois ce constat fait, encore faut-il bien choisir les actions à mettre en place, les canaux, les outils. Pour faire ce choix, il faut avoir des objectifs précis et quantifiables et bien connaître son audience, ses attentes, ses habitudes…

Comment la mettre en place ?

Une stratégie digitale s’intègre au plan de communication global de l’entreprise. Elle y a cependant pris une place prépondérante et doit se construire avec la même rigueur que les autres actions de communication.

En amont, un travail de réflexion est indispensable sur le marché existant, son potentiel, un travail de veille pour étudier sa concurrence et identifier  les personnes que l’on veut atteindre ou faire venir. Il faut comprendre les usages, les attentes des son client-type (persona). Et bien sûr, savoir quels canaux et réseaux sociaux il fréquente. Il faut écouter le web.

Le cadre et l’audience sont posés. Une fois les objectifs clairement définis, les actions et leur chronologies peuvent être planifiées.

Shéma d'une stratégie digitale possible de type stratégie de contenus

Exemple des étapes d’une stratégie digitale

que nous avons élaborée pour un de nos clients.

Préliminaires

Audit des outils et supports existants + échange  avec l’intéressé et des questions ciblées + étude du domaine concerné (activité d’expert comptable) nous avons pu dégager les objectifs à atteindre et identifier les leviers sur lesquels jouer.

L’objectif principal est l’ augmentation du trafic sur le site en vue de capter une nouvelle clientèle. Des prospects davantage en demande de solutions numériques et dématérialisées, donc si possible, utilisateurs de la plateforme et des solutions numériques proposées.

A partir de l’existant, en l’occurrence un site internet avec un début d’espace interactif et des contraintes budgétaires imposées, nous avons identifié les trois premiers points d’amélioration, qui pourraient être traités par étapes successives, dans un plan de six mois, réajustement à trois mois, suivi mensuel.

Mise en oeuvre

Première étape : optimisation du site Internet

Une amélioration globale de la navigation sur le site web est préconisée: pour le maillage interne, la cohérence des différentes thématiques et pour l’ergonomie (facilité de déplacement d’une info à l’autre).

En ce qui concerne la plateforme et les services dématérialisés, l’outil doit être amélioré et offrir davantage d’options et d’interactivité.

Pour une expérience utilisateur réellement positive il faut intégrer davantage d’appel à l’action, d’incitation à échanger, de ressources à offrir.

Deuxième étape : amélioration du référencement naturel (SEO).

Le site est pauvre en contenus, en variété sémantique et son vocabulaire est plutôt redondant. Les descriptions des services sont réduites au minimum. Un travail sur les contenus doit donc être largement intégré à la stratégie marketing. L’idéal étant de créer un blog, au cœur de l’écosystème. Il sert à mettre en avant savoir-faire et expertise, à apporter du contenu de qualité, régulier, qui plait aux moteurs de recherche mais surtout aux lecteurs et que l’on peut ensuite partager avec sa communauté sur les réseaux sociaux.

Le maillage interne comme les liens entrants et sortants doivent être améliorés.

Troisième étape : la présence sur les réseaux sociaux

Le client possède des comptes sur les divers réseaux sociaux, mais ce sont des comptes dormants ou peu actifs et sans réelle ligne éditoriale.

Ranklab lui a donc conseillé une fois le site optimisé  : 

  • de se concentrer sur les réseaux sociaux sur lesquels sont présents ses clients et prospects (pas plus de deux dans un premier temps)
  • de construire un calendrier éditorial, (avec des thématiques qui intéressent son lectorat), pour des publications régulières, anticipées
  • de se poser les bonnes questions pour sa ligne éditoriale : quel message, quel style, pour quel public, sur quel canal ?

à noter l’intérêt d’avoir optimisé, en amont, l’ergonomie et le parcours client.

En intégrant des incitations à prendre contact ou à s’engager, on a de forte chance d’atteindre l’objectif : gagner un client adhérant à l’offre de la plateforme numérique.

Suivi des résultats : les KPI retenus étant : trafic, rebond, temps passé sur le site, page de sortie, inscription à l’espace numérisé personnel

En conclusion

Les possibilités de stratégies sont nombreuses et variées, mais chaque entreprise doit en avoir une qui lui est propre, construite en fonction de ses objectifs et à la mesure de son budget. Avant de se lancer, le plan des actions doit être détaillé, ainsi que leur chronologie. Le temps, les compétences et le travail que demande une stratégie bien menée ne doivent pas être négligés lors de sa conception.

Une bonne stratégie doit être, pour finir, une stratégie mesurable en terme de ROI, d’accroissement de visibilité, d’impact sur le CA. Il faut donc bien choisir ses indicateurs (KPI) et prendre le temps de les analyser. Cela permet de faire des corrections rapidement et de s’adapter en fonction des résultats. Cette étape est négligée par encore 60% des TPME !

« Près de 60 % des répondants ne savent pas quelle part de leur chiffre d’affaires est réalisée grâce à internet » *

*Sources AFNIC

Parmi les différentes stratégies digitales qui pourraient vous inspirer, la stratégie Inbound est adoptée par un grand nombre de marques. Elle consiste à faire venir à soi le client, c’est ce qu’on appelle une stratégie entrante. Ce sera le thème de notre prochain article : stratégie entrante, faire venir le (bon) prospect grâce à une stratégie de contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *